• 2 Septembre 1995.

    Le réveil sonna avec plus d'insistance que jamais. Cela faisait plusieurs heures qu'il résonnait dans toute la maison, mais apparemment, ça ne faisait chier que moi. Cependant, je n'avais aucune envie de me lever, ni même de bouger. Rah, mais ce bruit...

    - Tu l'auras voulu, putain de réveil ! hurlai-je avant de le balancer contre le mur à l'opposée de la pièce.

    Je suppose que j'avais du le casser.

    Et vous savez quoi ? Tant mieux.

    Encore aux trois quarts endormie, j'attrapai mon MP3 et sélectionnais l'opening de Mirai Nikki, histoire de me réveiller un peu.

    Il paraît que c'est à cause de ce générique que j'ai des tendances de psychopathe. Bof, tous les gens un peu intelligents savent que c'est faux. J'ai TOUJOURS été une cinglée, c'est juste que Yandere Simulator et Mirai Nikki me font un super alibi.

    Bref. Une fois que je fus bien réveillée, je m'habillai vite fait, mal fait, je coiffai mes cheveux en trois petites couettes, et je descendis dans la salle commune des Serpentard en vitesse grand V.

    - Alors Eden, encore une panne d'oreiller ? lança Draco Malfoy avec un petit sourire moqueur.

    - Roh, la ferme, grognai-je tout en me retenant d'éclater de rire.

    Draco est mon ex. Nous étions sortis ensemble l'an dernier, mais bon, ça ne s'est pas très bien passé. Ce qui ne nous empêche pas d'être très proches, tous les deux. Et puis, les vielles habitudes ont la dent dure, je veille de très près à la qualité des filles que Draco fréquente. Je sais que c'est complètement stupide de faire cela, mais voilà, quoi. Je considère qu'il a le droit à mieux que cette Astoria Machin-Chose qui lui tourne autour.

    Mais ça, ce n'est que mon avis.

    Après une rapide discussion, nous sortîmes de la salle commune avec les autres Serpentard pour nous rendre à notre premier cours de l'année. Métamorphose, en commun avec les Gryffondor.

    Bah, tant mieux, je pourrais discuter un peu avec Coralie Tsundea et Ron Weasley.

    Je suis sûre qu'il y a quelque chose entre ces deux-là. Enfin, encore, du côté de Coralie, ça semble assez évident. Elle craque pour Ron depuis notre entrée à Poudlard, chose que je peux comprendre. Et je ne vois pas pourquoi Ronald ne serait pas intéressé par elle. Coralie est sympa, elle est jolie, et même si (tout comme moi) elle est parfois un peu... Psychopathe (Yandere Simulator, nous t'aimons tous.), elle est adorable. Et puis, elle est très proche de la famille Weasley.

    Enfin, presque. Il y a bien la petite soeur de Ron. Comment s'appelle-t-elle, déjà ? Jenny ? Jamie ? Jack ? Ginny. Ah oui, c'est ça. Bref, je ne connais pas cette fille (elle étudie à Beauxbâtons, tant mieux pour elle), mais Coralie et Marine (la soeur de Coralie) l'ont rencontrée une fois, et de toute évidence, elle ne leur a pas fait grande impression. Selon elles, c'est juste une connasse folle amoureuse de Harry Potter, le Survivant.

    Elle s'entendrait certainement très bien avec Hitomi Shizuki. C'est une Serdaigle (Pourquoi, d'ailleurs ? Elle est bête comme ses pieds !) d'un an de moins que moi, qui, pour être honnête, semble s'être donné comme défi personnel de se faire détester de tout Poudlard. En ce qui me concerne, elle a réussi. Je ne supporte pas cette fille.

    Une fois arrivée dans la salle du cours de Métamorphoses, je me précipitai vers une place bien précise, que je m'étais choisie en première année. C'est la meilleure pour discuter sans se faire prendre, et lorsque les cours sont en commun avec les Gryffondor, c'est d'autant mieux que je peux admirer discrètement Poe Dameron.

    Cela fait quelques temps (depuis ma rupture avec Draco) que je flashe complètement sur lui. Mais bon, le problème de la séparation des Maisons (je suis contre ce principe. Autant mettre les points sur les I.) est assez problématique, sans compter que dès que nous sommes hors des cours, il est toujours entouré d'une bande de Gryffondor, si bien que je ne peux JA-MAIS lui adresser la parole. Ce qui est très chiant. Mais bon, c'est comme ça.

    - Il est trop beau, non ? soufflai-je.

    - Mouais. Tu sais, tu peux dire ça de n'importe qui, du moment que tu ne me piques pas Ron.

    - T'inquiète pas, je n'en n'ai pas l'intention. Par contre, si quiconque essaie de te piquer Ron ou de séduire Poe avant moi...

    Je crois que dans ma tête, j'ai toujours été une Yandere, finalement.

    Le cours était chiant, une chance que je sois assise près de Coralie. Avec elle, le cours devient toujours plus... Intéressant. Surtout pour l'Histoire de la Magie.

    En sortant, pendant l'intercours je pris la parole sur un sujet qui me turlupinait depuis la veille.

    - Dites, cette Ombrage... Je suis la seule à ne pas avoir confiance ?

    - Nan, je suis de ton avis, répliqua Coralie. On dirait l'une des profs dans Yandere Simulator.

    - Mais habillée en rose, rajouta Marine. Enfin, j'ai rien contre ça, mais le rose pétant, ça me fait mal aux yeux.

    - Oui, et puis je sais pas... Elle n'a pas l'air... bien, quoi.

    - Pire qu'un mec qui a Voldemort derrière la tête ? lança Coralie.

    - Ou qu'un prétentieux imbu de lui-même qui croit être le centre de l'univers ? ajouta Marine.

    - Ou qu'un Mangemerde ? renchérit Ron.

    - Ouais, c'est vrai qu'à part Lupin, les profs de Défense contre les forces du Mal... Enfin, on verra bien.

    Tout à coup, le téléphone de Ron se mit à vibrer.

    - C'est qui ? demanda Coralie.

    - Un SMS de ma soeur.

    - Qu'est-ce qu'elle te veut ?

    - Et bien... PUTAIN, ELLE VIENT ICI !

    - COMMENT ÇA ? j'hurlai en même temps que Marine et Coralie.

    - Elle ne pouvait pas être transférée avant... Elle arrive à Poudlard ce soir ! Putain, et personne ne m'a prévenu, une fois de plus !

    - Bon, bah je vais enfin connaître cette grognasse, dis-je en haussant les épaules.

    Le soir même, j'arrivai dans la Grande Salle en retard, pour changer. Mais j'avais une raison.

    Je. Fantasmais. Devant. Le. Plus. Beau. Mec. De. Tout. Ce. Fucking. Lycée. Bordel. De. Chiottes.

    De toute évidence, Dumbledore avait fini son petit discours habituel, car je vis celle qui devait sûrement être Ginny arriver dans la salle avec la grâce et la douceur d'un pachyderme. Cette fille n'a de toute évidence aucune discrétion. Et moi, j'ai une bonne vue.

    Je ne suis pas paranoïaque, et je ne veux pas passer pour une folle.

    Mais je suis sûre qu'elle a regardé avec trop d'intérêt la table des Gryffondor. Et pas le côté de Ron (enfin, si, deux secondes, et elle paraissait furieuse de voir que Coralie le stalkait.) Mais bien le côté de Poe.

    Je serrai les poings, mais bon. Je pouvais me tromper. Peut-être qu'elle regardait quelqu'un d'autre. Finn, peut-être.

    Et puis, elle passa sous le Choixpeau.

    Le choixpeau lança :

    - SERPENTARD, ça sera bien, chère petite !

    J'ai compris :

    - SERPENTARD, ça fera bien chier Eden Turner !

    Bref, j'ai une vie de merde.

    - Salut ! lança Ginny en s'asseyant juste à côté de moi.

    - Salut, euh... Ginevra, c'est ça ?

    Autant la faire chier.

    - Je m'appelle Ginny, pauvre gourdasse !

    - Mais ouais, c'est ça, Ginniquetamolaire.

    C'est pas la première fois que je vois une conne, mais celle-ci est tout de même bien placée dans ma liste des PLUS GROSSES CONNASSES DE L'UNIVERS. Avec les majuscules, ça fait bien kikoo, comme ça, elles comprennent.

    - Et toi, comment tu t’appelle ?

    - Tiffany Duke.

    Pourquoi je dis ça, moi ?

    Parce que je regarde Daria.

    Pourquoi je regarde Daria ?

    Parce que j'aime cette série et que j'ai que ça à faire.

    Pourquoi j'ai que ça à faire ?

    Parce que j'ai toujours pas eu les couilles pour parler à Poe.

    Je suis une conne, ma vie sentimentale est à comparer à celle d'une crotte.

    Et celle de Ginny, de toute évidence, à celle d'une bouse sortie elle-même d'un crottin de merde.

    - Enchantée, Tiffany !

    - Cékitifany ? lançais-je en mode chieuse. Je m'appelle Eden Turner.

    - Ah, euh... Mais tu as dit il y a deux secondes que...

    - Et bah tu es sourde.

    - Pas du tout, j'ai une ouïe parfaite !

    - Tout le monde s'en fout. Elle s'appelle pas Tiffany, alors tu t'excuses d'être aussi bête, lança soudain Pansy Parkinson.

    - Hum, oui. Pardon. Pff.

    C'est mal parti.

    - Au fait, tu connais le Gryffondor, là ?

    - Qui ça ? demandai-je en évitant de me montrer trop agressive.

    - Le beau brun ultra sexy assis à côté du mec noir.

    - Lui ? C'est Poe Dameron. Pourquoi ?

    - IL EST TROP BEAU BORDEEEEEEEEL ! *^^^^*

    Là, pas question de me retenir. Après avoir vérifié qu'aucun professeur ne me regardait et m'être rappelée que cette année, Draco et moi étions les préfets de Serpentard, je saisis Ginny par le col de sa robe de sorcière.

    - T'aurais mieux fait de ne pas dire ça. À partir de maintenant, je te souhaite la bienvenue en enfer. On est dans la même classe, et tant mieux, ça me permettra de t'en faire voir deux fois plus. Tu vas en saigner, gamine, et je me fous éperdument que tu sois la soeur du copain de mon amie.

    C'était décidé. Ginny Weasmoche allait découvrir le sens du mot "Enfer" avant la fin de l'année. J'étais prête à tout. Je l'arrêterai. Je la blesserai. Je la tuerai. Je me moque de quelle partie de son corps se retrouvera finalement sous mon katana. Sa vie deviendrait petit à petit le genre de vie que PERSONNE ne peut espérer pour son pire ennemi.

    Et j'en profiterai pour me débarrasser de quelques membres de ma liste noire.

    Je sens que je vais m'amuser.


    Vivent les putains de sadiques.

    Voilà, chapitre un peu nul, mais j'ai toujours du mal à faire un bon début.

    J'ai hâte d'écrire la suite, en tout cas.

     


    13 commentaires
  • 3 Septembre 1995.

    Après réflexion de ma part, je pensais sérieusement que Ginny ne m'avait pas prise au sérieux, hier soir. Elle avait sûrement du penser que j'étais simplement fatiguée, que j'avais passé une longue journée de cours, ou je ne sais quelle connerie auxquelles seules des idiotes peuvent croire.

    Aujourd'hui, j'allais lui prouver qu'il n'en était rien, et que mes menaces étaient sérieuses. J'avais réfléchi toute la nuit à ce que j'allais lui faire subir, et j'avais fini par trouver quelques petits trucs.

    La faire passer pour une voleuse, une tricheuse, une pute et une fumeuse, dans l'ordre de votre préférence. La faire passer pour la dernière des connes devant Dameron.

    Et, simple mise au point : ce n'est que la première heure de la première journée.

    POV Ginny.

    je pançe ke joré dut ékou t é daine iR, 7 fiy l é trau flipentt & pi en + l ait ko pinne avc ko rat lit é ma rinne kwa...

    (Je vais maintenant écrire les points de vue de Ginny avec une écriture et un vocabulaire plus corrects, pour le bien de vos yeux et de ma santé mentale.)

    Mais bon, d'un autre côté, elle a passé une rude journée, et puis elle devait être très fatiguée, la pauvre. Je vais essayer de me montrer compréhensive avec elle, aujourd'hui.

    Par contre, si elle veut que j'arrête de regarder... Le mec que j'ai vu hier (LecommentairedEden : TU TE RAPPELLE MÊME PAS DE SON NOM ET TU VEUX COUCHER AVEC LUI, SALE PUTE !), là, qu'elle ne compte pas sur moi.

    POV Eden.

    Je parie qu'elle a décidé de faire sa pute et de ne pas me laisser Poe. Et bien vous savez quoi ? Tant mieux. Ça mettra un peu d'animation dans mes projets.

    C'est décidé, aujourd'hui, je commence à emmerder Ginny, et après ça (ou avant ?), je parle à Poe.

    Je sais pas pourquoi, mais je suis sûre que la torture, ce sera plus facile.

    Après m'être habillée d'une manière assez remarquable, en nouant ma cravate comme un nœud papillon (je me ferai un peu remarquer, de la sorte), je courrais presque vers la salle d'Histoire de la Magie. L'an dernier, les cours étaient très remués, étant donné que nous les avions en commun avec les Gryffondor et que, pour changer, Coralie avait décidé de faire chier Binns, chose que je ne comprends que trop bien. Je pense que cette année, les cours seront plus studieux.

    Plus chiants, surtout.

    Dès que les cours du matin furent finis, une idée me traversa la tête. Finalement, heureusement que je m'étais endormie en histoire de la magie.

    Je ne connaissais qu'une seule personne prête à aller jusqu'à violer Ginny.

    Il y a à Poudlard un groupe d'élèves de septième années, très populaire auprès de pas mal de filles. Je crois en fait que Marine, Coralie et moi sommes les seules à ne pas fantasmer sur eux, mais bon, on s'en fout. L'important, c'est que l'un des mecs de ce groupe (un Serpentard, surnommé par tout le monde "Le Patron") est un véritable pervers, capable de n'importe quoi, ou presque, du moment qu'il s'agit de sexe.

    Et j'avais justement l'intention de profiter de cela.

    Aussi accourus-je dans le parc, tout en me frayant un chemin entre des milliers de groupies (je ne savais même pas qu'il y avait tant de filles à Poudlard !) qui hurlaient de bonheur à la vue des yeux de Mathieu Sommet, le leader du groupe.

    - Hey, Mat', je peux t'emprunter le Patron deux minutes ?

    - Ça pourrait peut-être te libérer de ces filles, gamin, déclara le Patron. T'sais, c'est pour moi qu'elles craquent toutes...

    - GEEEK, PANDA, HIPPIE, MATHIEU, HIPPIE, PROF, GEEEEEEK, JEAAAANNE !

    - Tu disais ? lançai-je en manquant d'éclater de rire.

    - Bon alors, qu'est-ce que tu me veux, gamine ?

    - Tu vois la fille, là-bas ? demandai-je en désignant Ginny. Et bien, elle rêve, mais genre, elle ne demande que de coucher avec toi...

    - T'sais, elles disent toutes ça, gamine. Elles aiment toutes être dans mon lit !

    - Oui mais elle, c'est du sérieux.

    - Elle a déjà couché ?

    - Avec précisément 165 garçons différents. Mais ça, elle l'avouera jamais.

    - Ha, ça me plaît, quand elles nient.

    - Ouais, je sais. Ça te dirait pas d'aller... La combler de joie ? lançai-je.

    - Pourquoi pas, j'ai pas beaucoup de monde sur mon agenda, en ce moment.

    - Parfait, vas-y, Patron, amuse-toi bien !

    - Au fait, Turner, t'es toujours--

    - JE TE L'AI DÉJÀ DIT MILLE FOIS, JE NE VEUX COUCHER AVEC PERSONNE !

    Ou presque.

    Enfin non.

    Mon rêve, ce serait d'épouser Poe. Pas de coucher.

    Ça ne fait partie d'aucun de mes rêves.

    Enfin, j'ai déjà fait des rêves érotiques.

    Mais on s'en fout, de ça !

    Quelques heures plus tard, je vis Ginny arriver dans la Salle Commune de Serpentard, l'air souillé à jamais. Et elle ne me regarda même pas d'un air "esh tt sa c 2 ta fotte konn as". Je pense que le Patron n'a pas du répéter ce que je lui ai dit...

    Ce mec vient de prendre un +1 dans mon esprit.

    Les festivités viennent tout juste de commencer.

    4 Septembre 1995

    Le premier cours de Défense Contre les Forces du Mal (en commun avec les Gryffondor, CHAMPAGNE !) allait bientôt commencer... Manquait plus que ça. Je n'ai jamais aimé cette matière, et cette Ombrage a quelque chose de gênant. J'allais bientôt avoir besoin de quelque chose. Et cette fois-ci, ce n'était pas juste la compilation de tous les Instants Panda qui allait m'aider.

    En fait, j'avais passé une soirée assez chiante. Ginny n'avait fait que chialer pendant toute la nuit. À l'origine, je trouvais ça merveilleux.

    Et puis après, c'est devenu TRÈS chiant, au bout de quelques heures.

    Lorsque j'arrivai au cours de DCFM, j'eus droit au passage de savon de ma vie. Les autres profs étaient habitués à mes retards répétés (surtout que ce n'étaient que quelques secondes, soyons d'accord...), mais de toute évidence, Ombrage n'étaient pas de ces profs sympas. La façon dont elle m'engueula, d'ailleurs, était étrange, presque malsaine. Et j'en profitai pour découvrir qu'elle avait une voix de petite fille, malgré ses airs de crapaud baveux.

    Cette femme me répugnait. D'un coup, je n'avais plus qu'une envie : sortir mon couteau et la buter.

    Et aussi de me débarrasser de Ginny, mais ça, c'est autre chose.

    D'ailleurs, rien que pour me faire chier, elle s'assit à côté de moi. Alors, je me décalai vers Draco. Elle se rapprocha de moi. Et nous continuâmes jusqu'à ce que la chance me sourie, que je me retrouve juste à côté de Finn (le meilleur ami de Poe-senpai) et que Ombrage ordonne carrément à Ginny d'arrêter de changer de place.

    Suite à cela, nous aurions peut-être du la boucler et écouter ce vieux crapaud déblatérer sur un bouquin débile. Mais bon, je n'étais pas célèbre pour ça. En fait, je n'étais pas célèbre en classe. Mais c'est une autre histoire.

    Il fallait que je discute un peu avec Finn.

    À bien y réfléchir, je trouvais ça beaucoup plus subtil que de parler directement à Poe.

    - Dis, tu connais bien Poe Dameron ?

    Bon, d'accord. Niveau subtilité, je m'approche du dessous du dessous de zéro.

    Heureusement, Finn n'est pas du genre à se méfier pour si peu.

    - Oui, bien sûr. Pourquoi ?

    - Hum... En fait, c'est tout con, mais...

    Je vais quand même pas lui dire "Je suis amoureuse de ton meilleur ami". Ce serait ridicule.

    - J'aimerais bien le connaître, lui parler, et tout ça.

    Je suis une véritable idiote.

    - Je vois pas le problème, répliqua Finn en souriant. Je veux dire... C'est pas l'une de ces stars de cinéma intouchables, tu sais. En plus tu t'es bien débrouillée avec Malfoy...

    - Tu dis ça, t'es à Gryffondor, toi...

    - Va pas me dire que tu t'inquiètes pour si peu. Franchement, si on se mettait tous à juger quelqu'un sur sa maison, on ne serait pas en train de parler. Et puis, je te vois souvent traîner avec des Gryffondor. Alors ne vas pas me répondre que ce n'est pas pareil ! ^^

    - Si tu le dis.

    - J'en suis sûr. Mais bon, si ça peut te rassurer, je te présenterai Poe à la sortie du cours. :3

    - MERCI !

    - Miss Turner, Mr Jones, pourriez-vous me faire le plaisir de m'écouter ?

    - D-désolés, professeur, nous lançons en même temps.

    - C'est la deuxième fois que vous vous faites remarquer en un seul cours, Miss Turner. Comprenez bien que je ne saurais tolérer cela plus longtemps. Encore un mot, sans que je ne l'autorise, et vous aurez droit à une retenue. Page 394.

    J'avais bien envie de lui répondre que des lignes à copier ne me faisaient pas peur, mais j'étais trop heureuse pour m'énerver. Quand à Weasmoche...

    Bof, je pense qu'avec le Patron, elle en a assez vu pour le moment, je continuerai ma torture plus tard dans la journée.

    Quoi qu'il en soit... J'ai hâte d'enfin sortir de ce putain de cours.


    Pas de sang ni de violence dans ce chapitre, mais ça viendra. J'avais trop envie d'intégrer l'équipe de SLG dans ce chapitre, et franchement, je ne voyais pas comment passer à côté du Patron et de sa pervertie légendaire... Le prochain chapitre se passera juste après ça, c'est juste que j'ai la flemme de l'écrire, là.

     


    23 commentaires
  • 4 Septembre 1995

    - FIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINN ! hurlai-je dès que je fus sûre d'être loin d'Ombrage lors de l'intercours.

    - Céboncéboncébon, je t'ai pas oubliée !

    - Désolée... Je suis tellement nerveuse... Je sais, c'est ridicule.

    - T'inquiètes, c'est pas grave. Allez, viens avec moi.

    Je suivis alors le jeune homme, et par chance, je n'eus pas beaucoup à attendre.

    - Au fait, tu n'as pas peur de te faire incendier si tu arrives en retard ?

    - On s'en fout, déclarai-je. On a dix minutes, non ? Ça ne me prendra pas beaucoup de temps... Et puis, Rogue commence à avoir l'habitude.

    - Ouais enfin, imagine que Ombrage ait fait un rapport...

    - Finn, j'ai pas peur de ce vieux crapaud rose bonbon.

    Bref. Une minute plus tard, Finn et moi étions arrivés.

    - Hey, Poe, t'as une minute ?

    - Bien sûr. (Il me regarda le temps de quelques secondes) Hey, tu es Eden Turner, toi, non ?

    - Euh, oui...

    J'étais devenue tellement rouge que j'avais l'impression d'être Yandere-chan en train de stalker Senpai. Vraiment, on se rend pas compte, mais qu'est-ce que c'est chiant...

    - Oui, c'est bien moi. Euh... Je... Je trouve plus mes mots...

    Bordel, pourquoi je parle à voix haute, moi ? Mais il est tellement BEEEEAAAAAUUUUUU, comment faire pour ne pas devenir dingue ?

    - HEYYYYYYY, TURNEEEEEEEEEER ! hurla une voix féminine très désagréable.

    Ginny.

    Putain.

    De.

    Merde.

    Qu'est-ce.

    Qu'elle.

    Fait.

    LA ?

    - Casse-toi, Ginny, va en cours.

    - T'y vas pas, toi ?

    - J'ai autre chose à faire, pour l'instant. Vas-y.

    - Nan, j'ai pas envie. Ras le bol de voir Tsundea stalker mon frère, et... OH, SAAAALUUUUT, euh...

    - L'approche pas, murmurai-je.

    Un mot de plus et je lui lance un Avada Kedavra dans la face.

    Heureusement, Finn avait l'air de piger que Ginny allait faire chier, mais qu'elle était conne.

    - Ginny, suis-moi, j'ai quelque chose de cool à te montrer ! :D (Il joue aussi à YS ou quoi ?)

    - Okay, lead the way !

    D'accord.

    D'ACCORD, c'est moi qui ait lancé ça, avec une petite voix comme celle que prend Deolynk. Mais Weasley avait usé d'une expression du style.

    Et putain, mais elle le suit en plus !

    Bon, tant mieux en fait.

    - Désolée pour ça, lançai-je. Elle est nouvelle, elle ne sait pas ce qui se fait et ce qui ne se fait pas.

    Nom d'un dragon. Je suis une vraie pute, quand je m'y mets !

    - Oh, pas de problème, répondit Poe en souriant. Qu'est-ce que tu voulais me dire, au fait ?

    - En fait, c'est très con, mais ça fait tellement longtemps...

    - Elle en pince pour toi mais elle sait pas comment le dire !~~~ déclara tout à coup une voix que j'aurais reconnue entre cent milliards.

    Ginny.

    Encore elle.

    Un peu plus loin, Finn affichait une expression désolée.

    Poe et moi affichions chacun une espèce de petite moue en mode "Euh oui mais en fait non mais en fait oui".

    Jusqu'à ce que je me rende compte de la gravité de ce que Ginny venait de dire.

    - VIENS ICI ESPECE DE, QUE JE TE TUE !

    - Eden, Eden ! Ça va ! Enfin... Je sais pas... Je veux dire.... C'est vrai, ce qu'elle a dit ?

    - NON ! Enfin, oui ! Non... Je l'entends pas comme ça ! Et dit comme ça, c'est réellement très con ! Hew... Oublie tout ce que j'ai dit, on se connaît pas, et puis basta !

    - Eden... soupira Poe, limite excédé.

    - Écoute. J'ai pas honte ni rien, c'est juste que je... Je veux pas qu'on la joue comme ça. (Je sortis ma baguette en soupirant.) Désolée. Oubliettes.

    Juste les dix dernières minutes, ça suffira. Suite à cela, je me préparai à la plus belle course poursuite de ma vie, (j'étais tout de même en retard d'au moins une demi-heure.) mais c'était sans compter sur Weasley fille.

    - Je croyais qu'il était interdit d'utiliser la magie dans les couloirs ?

    - J'avais pas le choix ! Et c'est de ta faute.

    - C'est juste toi qui est trop conne.

    - Weasley ! hurlai-je en la saisissant par le col de sa chemise, pour changer. Tu vas bientôt apprendre une règle d'or avec moi : Gâche ma journée, je gâche ta vie.

    J'arrivai ensuite en cours. Ou presque.

    - Miss Turner, Miss Weasley, qu'étiez vous en train de faire ? lança Rogue.

    - Je... Désolée, professeur Rogue. Je sais que je suis hyper en retard, mais j'ai été retenue.

    - Qu'a-t-il pu se passer de si passionnant dans votre vie, Miss Turner ?

    - Règlement de comptes, dis-je en soupirant. Bref, revenons aux choses sérieuses ! Potions, potions, potiooons !

    Qu'on me fasse bien penser à retourner chercher le Patron à la fin des cours.

    Le Patron, et mon attirai de guerre. Parce que même si j'ai réussi à faire un peu saigner Weasley pendant le cours, on est loin de l'attaque que cette grognasse mérite.

    5 septembre 1995

    Aujourd'hui, il fallait que je passe à l'action. Je m'étais promis de faire de la vie de Ginny un enfer. Or, il était grand temps de le faire.

    - Hey, Eddie !

    - Pansy, combien de fois je t'ai dit d'arrêter de m'appeler comme ça ?

    - Désolée. Mais je voulais te dire... Je suis avec toi.

    - A quel sujet ?

    - Weasley.

    - Pourquoi ?

    - J'ai le même problème que toi ?

    - Ah bon ? T'es amoureuse d'un mec et t'ose pas lui parler alors que tu sais très bien que c'est l'enfance de l'art et en plus une fille t'a tout gâché hier alors que tu y étais presque ? lançai-je, mauvaise perdante.

    - Pas tout à fait. Mais bon... J'ai des sentiments pour Draco Malfoy. Et comme tu le sais, il risque bien de sortir avec Astoria Greentruc. Et toi, tu connais Draco.

    - Je n'ai rien à gagner. Laisse béton.

    - Je pourrais toujours te procurer un peu de... Chance.

    - T'irais pas jusqu'à utiliser du Felix Felicis juste pour moi ?

    - En tout cas, qui ne tente rien n'a rien.

    - Bon, j'y réfléchirai.

    Ça m'a l'air d'être une bonne idée, mais je ne veux pas avoir l'air d'être nouille à ce point.

    Bon, en attendant, j'ai un petit projet pour abattre Ginny sans la toucher.

    Sa copine, Hitomi.

    Vous voyez ce que je veux dire ?


    °oOo°

    J'attendis calmement que Hitomi débarque dans les toilettes des filles, toute la matinée. Encore heureux, il n'y avait pas cours, aujourd'hui. Et puis, enfin, la pétasse arriva.

    - Tiens, bonjour, Eden !

    - Tu viens de m'appeler Eden, connasse ?

    - C'est ton prénom, non ?

    - Certes. Mais voilà : on appelle ses amies par leur prénom. Or, nous ne sommes pas amies.

    - Oh, pardon, Turner.

    - J'aime mieux ça. Au fait... Tu connais Ginevra Weasley, n'est-ce pas ?

    - Oui.

    - Dans ce cas, tu dois très bien savoir qu'elle vise de sortir avec Poe Dameron.

    - Oui.

    - En revanche, je suppose que tu ne sais pas que moi aussi, j'aime ce garçon ? Sans compter que je l'avais remarqué avant elle ?

    - Et alors ? Ginny est tellement plus belle et plus cool que toi ! Tu n'as aucune chance auprès d'un garçon. D'ailleurs, Draco t'a tout de suite laissée tomber, n'est-ce pas ? Même cet idiot s'est rendu compte que tu n'es qu'une pauvre petite conne !

    - On ne t'a jamais rien appris, à toi, n'est-ce pas ? Surtout pas le respect ? Et bien, je ne te demanderai qu'une seule chose : fais moi le plaisir de porter un message à Ginny, de ma part.

    - Lequel ?

    - CELUI-CI ! hurlai-je en lui plantant un couteau dans le ventre.

    Jamais je n'avais vu cela dans la vraie vie. Son sang se répandait sur le sol, sur mon arme et sur mes vêtements. C'était réellement jouissif... Tellement plus que dans les jeux vidéos... Si bien que j'en devenais sadique. Je flanquai plusieurs autres coups de couteau dans le ventre de Hitomi. Elle poussa un dernier hurlement avant de rendre l'âme, tandis que je poussai un rire de psychopathe.

    Suite à cela, je détruisis le couteau et mes vêtements, histoire de ne pas me faire pincer. Je récupérais un uniforme de rechange, et je retournai dans la salle commune, ni vu, ni connu.

    Plus qu'à attendre que le corps soit découvert.

    Je me demande bien quelle sera la réaction de Ginny en voyant sa meilleure amie dans cet état.

    Tant pis pour elle.


    OK, chapitre bien nul, mais y'a du sang. /jesaiscestpasuneraison/

    J'étais censée le poster y'a au moins une semaine, mais j'avais complètement zappé. Et puisque je m'étais pressée pour l'écrire et que j'ai pas relu... /pan/

     


    55 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique