• Oui bon, bats les steaks de ce que j'ai dit dans le chapitre précédent... Suite à une conversation avec Marine, j'ai décidé de changer un peu toute cette fic. A partir de maintenant, la narratrice, ce sera moi, et Harry... On s'en bat les couilles, parce que je ne l'aime pas.

    Attention, chapitre court et sans aucune logique.


    Malgré mes regrets quand au fait de quitter ma famille, j'étais vraiment contente de rentrer à Poudlard. Principalement parce que j'avais très envie de retrouver Draco et les autres. Mais aussi parce que j'avais très envie d'exhiber ma baguette en classe. Suite à un cadeau de la part de mon père, ma baguette avait pu être retaillée en forme de sabre laser, exactement ce que je voulais. On aurait pu croire sans peine à celui de Luke Skywalker. Les autres, avec leurs baguettes de merde, notamment Harry, allaient sûrement en chier jusqu'aux organes. J'avais justement envie de voir ça, alors, j'allais faire aussi vite que possible. Je me précipitai vers la Grande Salle, me faisant au passage bien réprimander par McGonagall, mais je m'en foutais éperdument.

    J'étais aussi allée voir tous les films Moldus qui sortaient -préférence évidente pour Hunger Games et Star Wars, bien sûr-, et il fallait reconnaître, que maintenant, j'avais au moins un alibi pour fantasmer sur le professeur Black. Il aurait pu être le frère jumeau de Poe Dameron, merde ! Et ce mec est une réelle splendeur...

    Hum, hum. Excusez.

    Lorsque je fus entrée dans la Grande Salle, je fus assez étonnée de voir Neville, assis à la table des Serpentard, en train de jouer comme un malade sur Yandere Simulator. Si je m'étais attendu à cela de sa part ! Neville ne m'était jamais apparu sous un jour aussi sympathique.

    - Salut, Neville ! m'exclamai-je. Hé, tu joues plutôt bien... Mais attends, t'as pas réussi à tuer Kokona... Donne-moi ce clavier, laisse-moi faire !

    Et ainsi, ma rentrée de vacances à Poudlard commença par le meurtre d'une rivale de Yandere-Chan. La classe.

    - EDEEEEEEEEEEEEEEEEEEN, QU'EST-CE QUE TU AS FAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIT ? lança Neville avant de se liquéfier sur place le temps d'une seconde.

    - J'ai tué Kokona Haruka... T'inquiète, dès que tu rejouera, elle reviendra, hein ! Je sais, ça peut paraître dégueulasse de faire ça, la pauvre, elle se prostitue et tout ça... Mais bon, elle avait qu'à être amoureuse de Ryuto, de Budo ou de Chojo, quoi !

    - Eden... souffla Ron en souriant, plus traumatisé que content. Harry était dans le corps de Kokona. (nique la logique.)

    - Quoi ?

    Ah, je venais de comprendre. Tout ça, c'était la faute de la disquette du Yandere Simulator final que j'avais offert à Harry pour Noël... Après tout, je l'avais acheté dans le 13ème magasin de la 13ème rue, rue d'ailleurs nommée "Rue du vendredi 13". Par la suite, quand j'étais rentrée à la maison, Croissant, ma chatte noire, avait pissé dessus, et quand je l'avais nettoyé, il avait malencontreusement percuté une salière, renversant ainsi son contenu. Et pour finir en beauté, après une adorable petite dispute familiale, j'avais jeté la disquette du jeu à la tête de Chris, étant donné que je n'avais que ça comme arme et qu'il me menaçait avec plus dangereux (devoir jouer à Dragon's Lair sur NES). Sauf qu'au lieu de venir gentiment se loger dans la gueule de mon cousin comme je l'avais voulu, la disquette était passé sous une échelle et cassé un miroir, et rebelote, ma chatte pissa à nouveau dessus, 13 fois de suite.

    J'aurais du me douter que quelque chose finirait par arriver. Mais bien sûr, j'avais eu d'autres choses à régler...

    - Oh merde, grognai-je soudain. J'ai tué Harry Potter.

    - Bravo. Maintenant, Eden, c'est le moment où soit tu deviens une criminelle recherchée, soit tu deviens une héroïne badass, déclara Coralie.

    - Bon alors qu'on en finisse ! JE SUIS UNE PUTAIN D'HÉROÏNE BADASS !

    - Et c'est moi qu'on traite de folle ? Pff, franchement, j'en connais une qui pourrait bien postuler à ma place.

    Et à partir de ce jour, ce cher Harry devint la risée des foules. Il était tellement naze, pourri... Et puis, mort !

    Seulement, le soir même, lorsque la nouvelle se fut répandue dans tout le collège et que j'étais déjà reconnue comme étant une héroïne mondiale, le professeur Dumbledore me demanda de le rejoindre dans son bureau, ou bien sinon, que j'aille me faire foutre.

    Si j'avais su tout ce qui allait se passer, j'aurais peut-être choisi d'aller me faire foutre.

    - Miss Turner, je n'ai pas envie de vous alarmer, commença Dumby d'une voix calme. Seulement voilà... Lorsque vous avez tué -malencontreusement, je le sais- Harry Potter, vous avez également anéanti notre seul espoir face à Lord Volde...

    - Je-Sais-Qui, rectifiai-je.

    Je sais que c'est très con, mais je n'appréciais plus trop d'entendre son nom, d'un coup.

    - Je n'avais pas pensé à ça, avouai-je. Ça veut dire qu'on va tous mourir ?

    - Pas tout à fait. Il me reste un espoir. Et cet espoir, c'est vous, Turner.

    - En quoi je suis un espoir ? Je suis nulle en cours ! Y'a que les potions qui m'intéressent, et encore, c'est juste parce que Mr Black est aussi sexy que le plus beau pilote de la Résistance...

    - Moi aussi j'ai vu Star Wars, Turner, coupa Dumbledore. Et moi aussi, j'ai flashé sur Poe Dameron, vous savez.

    - QUOI ?

    - Bah oui. Je suis gay, vous le saviez pas ? :D Gay et un peu pédophile ! :D

    - Vous venez de prendre +40 dans mon estime, Albus. Comportez-vous encore un peu plus comme le Patron et ce sera bon, je vous apprécierai.

    - Miss Turner, s'il vous plaît, nous ne sommes pas ici pour cela. Il se trouve qu'en tuant Potter, vous avez reçu une petite partie de sa protection face à Voldemort (nique la logique x 2). Certes faible, mais nous pourrions néanmoins essayer de la rendre plus puissance.

    - Vous me donnez des cours de soutiens personnalisés pour un truc que je serais la seule à pouvoir maîtriser ? m'exclamai-je.

    - Exactement.

    Sur ce, je poussai un soupir de désespoir, suivi ensuite d'un RETOUR À LA RÉALITÉ. J'allais devenir une héroïne. Pas parce que je venais de buter quelqu'un sans le vouloir, ni parce qu'à partir de maintenant, cette fiction allait porter mon nom. Mais parce que j'allais peut-être être en capacité de sauver le monde, et peut-être même lancer ma propre marque de lessive.

    Comment refuser ?

    Le soir même, je ne pus m'empêcher de me dire qu'il faudrait que j'écrive un livre expliquant comment devenir une super-héroïne comme moi.


    Chapitre court et nul et sans logique, oui. Mais fallait bien que j'explique ça, bordel. On ne m'a pas payée, donc je suis pas obligée de sortir un truc logique.

    Merci au Premier Ordre. Je hais ce chapitre. Mais bon, je voulais buter Harry, et après 2 mois de réflexion, j'ai décidé que c'était la seule manière pour que je devienne le perso principal. Bordel.

     


    38 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique