• Harry Potter et l'Héritier de Serpentard

    Suite de Harry Potter à l'École des Timbrés.

    NOTE : Alors attention, certains chapitres contiendront des remarques absolument perverses, et je tiens à préciser que Lockhart n'est pas un exemple à suivre, et que... LA MASTURBATION REND SOURD.

    Merci.

  • Être Harry Potter, c'est cool. Tu es un sorcier, tu vas à Poudlard tu es célèbre pour quelque chose que tu ne te souviens même pas avoir fait, tu es célèbre pour être super bon au Quidditch, tu es célèbre pour tes vidéos sur Yandere Simulator, tu es célèbre pour avoir tué ton ex-prof de DCFM. Bon... Tu vis aussi chez ton oncle de merde, ta tante de merde et ton porc de cousin de merde et tes parents sont morts, mais quand-même !

    Alors POURQUOI, PUTAIN DE MERDE, POURQUOI, FALLAIT-IL QUE TOUT AILLE MAL ?

    Cela faisait un mois que Harry était en vacances, et ce mois lui avait paru comme étant le pire de toute sa vie. En plus, aujourd'hui, c'était son anniversaire, et aux dernières nouvelles, il allait devoir rester dans sa chambre en faisant comme s'il n'existait pas et sans faire le moindre bruit, parce que son charmant et très bel oncle, Mr Vernon Dursley, Roi des Cons et Prince des Moches, devait recevoir des gens soi-disant très importants pour sa carrière.

    Quand on travaille dans l'industrie des perceuses, on ne rigole pas. (u_u)

    Sans compter que le garçon n'avait pas reçu UNE SEULE putain de lettre de la part de ses amis de Poudlard. Et c'était incroyable ce qu'ils pouvaient lui manquer, malgré tout.

    - Salut, je m'appelle Harry Potter, j'ai une vie de me merde, grogna-t-il en montant les marches de l'escalier qui le conduisaient vers "sa" chambre. Vivement le premier septembre. Il faut que je retourne à Poudlard ! (Honnêtement, si le dernier chapitre du premier tome n'avait pas abusé de références pourries à AVPM, je vous jure que j'en foutrais encore.) Et aussi que je pète la gueule de tout le monde ! POURQUOI J'AI PAS REÇU DE CARTES ? Ça les tuerait, sans doute ? Bordel !

    Bref, en cette fin d'après-midi, tout semblait aller mal pour Harry. Et pourtant, les choses allaient encore empirer, très bientôt...

    En ouvrant la porte de sa chambre, il vit une espèce de petite créature toute bizarre, qui sautait sur son lit comme l'aurait fait un enfant de cinq ans d'âge mental.

    - Mais qu'est-ce que c'est que ce bor... commença Harry.

    - HARRY POTTER ! hurla la chose. Je suis tellement enchanté de vous rencontrer, Harry Potter, MONSIEUR !

    - Putain, mais vous êtes qui, vous ? lança Harry, outré de voir qu'une fois de plus, quelqu'un connaissait son nom et que ce n'était pas réciproque.

    - Dobby, monsieur. Dobby l'Elfe de Maison !

    Seulement, le problème fut que sur le coup, Harry comprit "Toby l'être de raison", à cause du tapage que faisait Vernon en bas.

    - Et bien, si vous êtes un "être de raison", vous devriez vous douter que ce n'est pas une très bonne idée de vous pointer chez des Moldus comme ça ! Non mais merde !

    - Oh, Dobby sait qu'il n'aurait pas du venir. Si les maîtres de Dobby savaient où il se trouve...

    - Bon, c'est pas grave, c'est pas grave... Venez, on va s'asseoir et discuter...

    - M'--- m'asseoir ?

    Aussitôt, Dobby fondit en larmes, très bruyamment. Harry se rappela alors qu'il était censé ne pas faire le moindre bruit.

    - Toby, enfin, euh... Dobi, c'est bon, arrêtez ! Je ne voulais pas vous offenser !

    - M--M'offenser, Monsieur ? Oh non, non, pas du tout, monsieur ! Dobby avait déjà entendu parler de la grandeur de Harry Potter, mais Dobby n'avait jamais entendu parler de sa gentillesse ! On n'avait jamais proposé à Dobby de... s'asseoir, comme un égal !

    - Les sorciers que vous connaissez doivent être très mal élevés, fit remarquer Harry.

    - C'est sûr, Dobby ne... MERDE ! J'AURAIS PAS DU DIRE ÇA !

    Dobby se saisit tout à coup d'un énorme livre posé sur une commode, et commença à se frapper avec en hurlant.

    - MÉCHANT DOBBY ! MÉCHANT DOBBY ! MÉCHANT DOBBY ! OH OUI, MÉCHANT DOBBY !

    - DOBBY, DOBBY, ARRÊTEZ ! cria Harry. C'est quand vous criez comme ça que vous êtes méchant ! Contentez-vous de me dire très vite ce que vous vouliez me dire, et puis basta !

    - Dobby devait prévenir Harry Potter. Harry Potter ne doit pas retourner à Poudlard, l'École de Sorcellerie, cette année ! Il y a un complot !

    - Je m'en doute. Eden doit encore m'en vouloir parce que j'ai révélé sans le vouloir sur ma dernière vidéo Youtube qu'elle porte encore des pantoufles roses avec des petits animaux mignons dessus.

    - Non, non, non ! Harry Potter doit écouter Dobby ! Dobby dit qu'il y a un complot très grave ! Un complot, visant à anéantir Harry Pott-- J'AURAIS PAS DU DIRE ÇA, BORDEL !

    Et il recommença à se taper, hurlant de plus belle.

    - MAIS STOP, PUTAIN ! Bon, Dobby, vous allez m'écouter : Il n'est pas question que je reste ici ! Poudlard est ma maison ! C'est le seul endroit où je suis chez moi ! Le seul endroit où j'ai des amis...

    - Des amis qui n'écrivent jamais à Harry Potter ? lança Dobby.

    R.I.P.
    Le respect
    -5948949 a.v. JC – 2016 (on va dire ça comme ça)
    Pouss vR si té sniff kom mwa
    *musique de Titanic*

    Mais Harry n'était pas con au point de ne pas avoir de déclic.

    - Attendez deux secondes... Comment savez-vous que je n'ai pas reçu de lettres, bordel de cul ?

    Il se rendit alors compte que Dobby cachait quelque chose dans ses vêtements (qui étaient plus un amas de sac à patates que de vrais vêtements.) Et là...

    - PUTAIN DE... MES LETTRES ! RENDS-LES MOI TOUT DE SUITE, PETITE CRÉATURE DE MERDE !

    Harry lui sauta automatiquement dessus, mais Dobby ne se laissa pas faire. Il dévala l'escalier en deux secondes, et Harry se mit à le poursuivre partout dans la maison, comme dans les cartoons. Et finalement, ils arrivèrent dans le salon, où Vernon, Pétunia et Dudley continuaient leur charmante réunion avec les clients de Vernon. À quelques mètres de là, un énorme gâteau préparé par Pétunia trônait magnifiquement. Dobby eut alors un petit rictus qui inquiéta Harry plus qu'autre chose.

    - Dobby, non, ne faites pas ça !

    - Dobby doit le faire ! Pour le bien de Harry Potter.

    Harry ne put absolument rien faire. Il regarda alors Dobby faire léviter le gâteau avant de disparaître dans les airs.

    Et le gâteau vint se poser sur la tête de la femme du client de Vernon, LA VIE EST TELLEMENT COOL !

    Et ce que Harry ne savait pas, c'est que ça allait encore empirer...

    Vraiment, être Harry Potter, ça a du bon. Mais c'est aussi de la merde en bocal.


    Chapitre de merde, comme d'ha-bite-ude ! :D

     


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique