• Après ça, il ne se passa rien d'extraordinaire jusqu'à la fin des vacances. Eden était rentrée chez elle, Hermione avait été guérie de sa crise d'hystérie épileptique suite à un traitement de deux semaines à Sainte-Mangouste, et Harry était toujours chez les Weasley. Mais à part cela, rien de génial. Et puis, arriva le jour où il fallait retourner à Poudlard...

    - On va être en retard ! lança Ron, qui était avec Harry, derrière tous les autres.

    - T'inquiète pas, il n'est jamais que... 10h55, le rassura Harry. On a encore cinq minutes... Au sens propre.

    Bon, tous les autres Weasley avaient réussi à passer. Alors pas pourquoi pas eux ? En sachant ça, Harry se mit à courir à toute vitesse vers le mur qui séparait les voies 9 et 10, sachant cette fois-ci qu'il n'y aurait pas de choc, comme il s'y était attendu la première fois qu'il avait du traverser ce même mur pour se rendre à la voie 9 3/4, l'année dernière.

    Sauf qu'il y eut un fucking gros choc.

    D'autant plus renforcé par le fait que Ron avait lui aussi foncé dans le mur, et avait donc manqué d'écraser Harry en tombant lui aussi.

    - Putain, mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? grogna Harry.

    - Tous les Moldus nous regardent, souffla Ron. Et il est 11 heures, c'est trop tard... On est foutus... '^'

    - Ron, écoute, on va forcément trouver une solution pour s'en sortir.

    - Comment ?

    - On est dans une fanfiction, bordel ! Et dans toutes les fanfictions, lorsque le héros se retrouve dans une situation de merde, un moyen de s'en sortir est toujours trouvé de manière automatique.

    - Ça me fait penser... On est allés ici en utilisant la Ford Anglia de papa, non ?

    - Mais oui ! On pourrait la voler pour aller à l'école en volant, qu'est-ce que t'en penses ?!

    - C'est pas à ça que je pensais, mais maintenant que tu le dis, c'est génial ! On y va.

    Et les voilà tous les deux qui s'envolent dans la voiture volante du papa de Ronron. Souhaitons-leur bonne chance, parce qu'ils ne vont pas rigoler pendant le voyage.

    - Ron, j'espère que tu te rends compte que les Moldus n'ont pas l'habitude de voir des voitures voler dans les airs, dit Harry.

    - Ah oui, j'avais oublié d'activer l'invisibilité, répondit Ron en cliquant sur un bouton.

    Tout disparut.

    Ça faisait sérieusement peur, sans blague.

    Et puis, tout se passa bien jusqu'à un certain moment...

    - O...M...G... RON ! ON N'EST PLUS INVISIBLES ! ET ON N'A TOUJOURS PAS RETROUVE CE PUTAIN DE TRAIN !

    - Mais t'en fais pas, Harry... La voie ferrée, là, je la reconnais très bien. ON-VA-Y-ARRIVER. Le train doit être un tout petit peu devant... Ou derrière...

    - J'aime pas du tout cette idée, monte plus haut !

    - C'est bourré de nuages !

    - Rien à foutre ! Bordel, on peut pas mettre de musique ? Dire que j'avais emporté mon CD de Melanie Martinez spécialement pour la voiture... hashtag dégoût.

    Après ça, Harry entreprit de chanter lui-même "Dollhouse", mais sa voix venait juste de commencer à muer, et on aurait donc dit Justin Bieber. Et puisque Harry ne supportait pas ce chanteur, il arrêta tout de suite de chanter. Faut pas abuser, non plus. Ensuite, la scène où ils manquent de se faire tuer par le train dans le film, mais puisque j'ai la flemme de raconter, on va faire une ellipse.

    Tout se passa alors sans encombre, et tandis que la nuit commençait calmement à tomber, le vent frais et les étoiles étincelantes en témoignant avec joie, Harry, Ron, Hedwige et Croûtard (faut pas non plus les oublier, les bestioles) s'approchaient peu à peu de Poudlard, toujours à bord de la voiture volante.

    Les deux jeunes sorciers étaient d'ailleurs en grande conversation au sujet de Yandere Simulator, un jeu sur lequel Harry faisait souvent des vidéos sur le Youtube des sorciers (il était d'ailleurs assez connu pour ça aussi, bien qu'il utilisait une autre identité, cachait sa cicatrice et se mettait une perruque blonde sur la tête chaque fois qu'il faisait une vidéo, parce qu'il ne voulait pas se faire reconnaître). Une mise à jour venait de sortir, et Harry n'était pas forcément emballé...

    - Mais Harry, dans ce jeu, tu tues des êtres humains !

    - Mais il n'ont pas d'importance, bordel !

    - Mais lui non plus, n'en a pas !

    - Il a peut-être une famille qui l'attend et qui ne le reverra jamais !

    - Harry, vraiment, je...

    - RON, TU M'ENTENDS ? JAMAIS-JE-NE-TOUCHERAI-A-UN-CHATON ! C'est trop de cruauté envers les animaux. C'est comme si j'allais tuer l'un des chats d'Eden, et bordel, si quelqu'un fait ça un jour, je lui rendrai son compte ! J'abandonne tout, tiens.

    - Mais Harry, tu peux pas arrêter un jeu à cause d'un chat !

    - Bien sûr que si, bordel de chiottes ! De toute façon, depuis que j'ai tué un être humain pour de vrai... Je sais pas, mais je trouve que la mort... C'est pas vraiment très très bien. Et pourtant, j'ai tué un méchant... Mais il n'empêche, j'aime pas ce sentiment. (Bienvenue au club des gens qui n'aiment plus tuer, Harry.)

    - Tu me désespères... Tu veux abandonner tout ton succès juste à cause d'un chat et d'une prise de conscience que tuer, c'est pas bien ?

    - Bien sûr que oui ! Et puis, je suis déjà assez célèbre comme ça en étant Harry Potter. Ras le bol, de la vie de Youtubeur. En plus, j'ai pas besoin d'encore plus d'argent, alors voilà.... MERDE, RON, FAIS ATTENTION !

    Mais bien entendu, Ron ne fit pas attention, et ils manquèrent de se faire descendre par un arbre.

    - Aaaargh... Heureusement qu'il a amorti notre chute, fit remarquer Ron.

    - Ouais... approuva Harry. Au fait... T'as pas l'impression que cet arbre... Bouge un peu ?

    - C'est... C'est le vent... n'est-ce pas ?

    - NON ! REGARDE SES BRANCHES !

    S'ensuivit une bataille épique pour la survie de deux clans ennemis : les sorciers de premier cycle et le Saule Cogneur de Poudlard. La lutte fut sans merci, mais au final, les deux petits sorciers réussirent à se poser et à s'éloigner sans trop de dommages. Enfin, si.

    - Ma baguette ! Harry, regarde ma baguette ! Elle est cassée en deux !

    - Ça aurait pu être ta nuque, Ron !

    - Un cou, ça se répare, mais une baguette... Maman va me faire la peau ! T^T

    - Si j'étais toi, je m'en ferais plutôt pour la voiture...

    - Pourquoi ?

    - Le devant est complètement cabossé, il faudra du temps pour le réparer... Enfin, on pourra toujours demander à Dumbledore ou à Black de nous le réparer... Kestenpense ?

    - Mamanvametuermamanvametuermamanvametuermamanvametuermamanvametuer...

    - Ron, arrête tes conneries ! Tiens, regarde, les autres sont pas encore arrivés, je vois... Des... Diligences... Sans chevaux. (No logique mais on va dire que Harry n'a pas vu quelqu'un mourir consciemment. Quirrell est plutôt revenu à l'état de poussière, comme dirait la Bible, et il était trop jeune pour comprendre ce qu'il s'est passé quand ses parents sont morts. Et les jeux vidéos et autres films genre Hunger Games ne comptent pas.) No problemo, tout va bien dans cette école.

    - C'est parfait ! lança Ron. On va rentrer dans l'une de ces diligences et faire comme si de rien n'était, on parlera de nos exploits demain matin.

    Ron sauta alors dans l'un des véhicules au hasard, suivi de Harry. Coup de chance, ils tombèrent sur quelqu'un qu'ils connaissaient...

    - Luna ! s'exclama Harry. Je suis content de te voir ! Comment ça va ?

    - Très bien. D'où êtes-vous tombés ? Je ne vous ai pas vu dans le train.

    - On a beaucoup de problèmes, répondit Harry. Des problèmes dont on parlera plus tard, devant un grand bol de chocolat chaud.

    - Je viendrai à votre table demain matin, alors. Vous êtes à Serpentard, c'est bien ça ?

    - Oui, et si tu lances un cliché sur cette maison, sache qu'on n'est pas méchants, et... commença Ron.

    - Je n'ai aucun préjugé sur les Maisons, vous savez ?~ ^^

    - Épouse-moi, Luna Lovegood. Où à défaut, deviens ma meilleure amie ! lança Harry.

    - Tu penses être dans quelle maison, toi ? demanda Ron.

    - Je n'en n'ai aucune idée. Peut-être à Serdaigle. Comme mon père. Quoique, ma mère était à Gryffondor, donc nous verrons bien.

    - Au fait, qu'est-ce que tu lis ? interrogea Harry, qui remarqua soudain que Luna lisait un livre. À l'envers.

    TOUT VA BIEN DANS CETTE ÉCOLE.

    - Le Chicaneur, répondit Luna. Mon père est l'un des rédacteurs en chef. Et lorsque vous êtes arrivés, j'étais en train de me passionner pour un article expliquant que si on lit certaines runes à l'envers, on pouvait découvrir des formules cachées. C'est ma rubrique préférée.

    - Et... Quelle est la formule de la semaine ? demanda Harry en souriant, en mode "après-tout-pourquoi-pas-je-vois-pas-où-est-le-mal-elle-est-géniale-cette-fille".

    - Elle permettrait apparemment de transformer la voix de la personne à laquelle tu la lances. Il suffit de rajouter après en suffixe le nom de la personne dont on veut imiter la voix. Mais ça ne tient pas très longtemps, je ne suis pas une professionnelle des sortilèges. Pas encore.

    - Essaie sur Ron ! lança tout de suite Harry. Il m'a toujours dit qu'il voulait avoir la voix de Blanche-Neige ! 8D

    - D'accord, répondit Luna, étincelante de joie. Magnavox Blanche-Neige !

    Et dès que Ron ouvrit la bouche, il se mit à chanter comme dans Blanche-Neige et les Sept Nains. Trop mignon. Et en plus, c'était parti pour durer jusqu'à la fin du trajet. Le jeune homme la ferma alors pendant tout ce temps, tandis que Luna expliquait à Harry les méfaits des Joncheruines sur les personnes fragilisées à de nombreuses reprises, et à quoi ressemblaient les Ronflak Cornus.

    - La meilleure façon de s'en protéger, c'est de faire comme moi avec mon talisman.

    - Je vois, répondit Harry, passionné. Au fait, elles sont sympas, tes boucles d'oreilles.

    - Merci. C'est moi qui les ai faites, à base de vrais radis.

    - En tout cas, j'adore.

    - Je pourrais te faire quelque chose de ce genre, si tu veux. Eden m'a déjà commandé toute une panoplie. C'est sympa de voir que des gens partagent vos goûts vestimentaires.

    - On s'en fout ! lança Ron, qui avait retrouvé sa voix. On arrive !

    - Poudlard, nous revoilà... souffla Harry. TU VOIS, SALETÉ D'ELFE DE MAISON, JE SUIS A POUDLARD ! ET JE PARTIRAI PAS ! OSEF DES MENACES ET DES FANTÔMES ! Haha, la Menace Fantôme ! C'est drôle, parce que c'est le titre d'un Star Wars ! J'ARRIVE, POUDLARD !


     

    Oui, je pense vraiment que Luna ferait une excellente styliste, et si quelqu'un rigole, dites-vous que je trouve que c'est la plus stylée de tous.

    Et pardon d'avoir mit tant de temps à poster ça. J'étais un peu trop déprimée pour écrire, hier.


    29 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique