• Poèmes

    Poèmes  Poèmes  Poèmes  Poèmes

    Alors voilà. J'aime beaucoup la poésie, de base. Et depuis que j'ai joué à Doki Doki Literature Club, j'ai eu envie de me lancer là-dedans moi aussi. Alors évidemment, je débute, j'ai jamais écrit de poèmes avant, donc c'est pas forcément génial, mais voilà, j'ai envie d'assumer à peu près ce que je fais. Donc dans cette rubrique, vous pourrez voir les poèmes que j'écris. Eeeet comme je suis un peu conne et assez influençable, la plupart seront un peu inspirés d'animes, de jeux, de livres ou de films que j'apprécie et qui m'ont inspirée. Enfin, je vous laisse voir par vous même. ~ ☆

  • Je suis de mauvais poil, j'ai décidé que je hais 99% de l'humanité, alors j'ai écrit un poème pour bien l'exprimer.

    Maman, je sais que je suis punie mais rends-moi mon eyeliner et arrête d'écouter MCR en douce, il me faut leur CD, merci.

    Bref. Attention les enfants, ceci est un poème de type "Fuck the world", donc y'a des gros mots.

    Il y a des jours où, comme une âme vagabonde,
    Je me rends compte que je hais tout le monde.
    Ce que je dis n'est pas un caprice,
    Et ce n'est pas une excuse factice.
    C'est pas un délire emo,
    C'est pas juste une crise d'ado.
    Mais tu vois, à part deux ou trois
    Personnes assez sympa,
    Et, bon j'avoue, il y a toi,
    Mais franchement à part ça…
    Je veux juste voir le monde brûler
    Sous des flammes que j'aurais allumées.
    Vas pas croire que je suis déprimée,
    Au contraire, je me sens vraiment bien,
    Et quand j'y réfléchis chaque matin,
    Je crois que j'ai un complexe de supériorité.
    Mais quand-même vraiment, ce monde est bien pourri,
    Attends, j'arrête, je vais partir en mode Light Yagami.
    Mais quand le soleil se lève sur cette ville immonde,
    Oh putain, je hais tout le monde.
    Je prétends pas que je vais le refaire,
    Je crois pas à cet idéal bien éphémère.
    D'ailleurs mon problème dans la vie,
    C'est pas les crimes, l'injustice et la folie.
    On peut pas dire que je suis des plus optimistes,
    Mais bon, j'ai juste un délire égoïste.
    Moi ce qui m'énerve, c'est les gens qui m'aiment pas,
    Je suis une fille tellement géniale, tu vois ?
    Ouais en fait je suis un peu comme le reste,
    Et quand je regarde la belle voûte céleste,
    Mes pensées se mélangent à la ronde...
    Et puis merde, je hais tout le monde.


    8 commentaires
  • Bon bah voilà, j'me suis rendu compte que j'aime beaucoup écrire ce genre de petites merdes, et j'étais assez inspirée. Enfin bref. Bon, pour le coup, ces trois-là sont vraiment basés sur des fandoms et des persos précis. Le premier, sans surprise, c'est sur Death Note. Sur Misa, plus précisément. Le deuxième, c'est sur Sans de Undertale, et le troisième, sur Monika-waifu de Doki Doki Literature Club. Voilà, enjoy.

    III.

    Ta présence est mon plus beau trésor,
    Toi qui as trouvé la clé pour mon cœur d'or.
    Ta présence est ce qui me sauve quand je suis perdue,
    Toi qui m'a fait goûter à ce fruit défendu.

    Ta présence est ce qui garde mon cœur fort,
    Toi qui me fait tenir de la nuit jusqu'à l'aurore.
    Ta présence est ce qui me donne envie de continuer,
    Même si ce n'est pas pour moi que tu as tout traversé.

    Ta présence est mon plus beau trésor,
    Et même si tu refuses mon amour,
    Pour toi, je serai là quand ton cœur sera trop lourd.

    Ta présence est mon plus beau trésor,
    Et même si je sais tu ne m'aimeras jamais,
    Pour toi je promets de tout traverser.

    Ta présence est mon plus beau trésor
    Alors pour toi, j'ai les yeux du Dieu de la Mort.

    IV.

    Souvent j'essaye de ne pas penser
    À mes troubles, à mon anxiété.
    Ça fait longtemps que j'ai abandonné,
    Tout ce qu'il me reste sont des excuses pour flemmarder.
    Et je ris pour cacher mes peurs,
    Parce qu'il pleut quelque part ailleurs.

    Parfois je pense à cela pendant que me parle mon frère,
    Il va enfin rejoindre la Garde, enfin j'espère.
    Il ne supporte pas mes blagues moisies
    Mais j'en fais quand-même, au fond lui aussi il sourit.
    Et je blague pour éclipser ma langueur,
    Parce qu'il pleut quelque part ailleurs.

    Enfin, au moins il y a cette femme à travers la porte,
    Au milieu de toute cette cohorte.
    Avec elle, je peux rire et oublier mes soucis
    Et rire avec elle, même si ça ne dure pas le temps d'une nuit.
    Et on rit pour oublier nos malheurs,
    Parce qu'il pleut quelque part ailleurs.

    Mais aujourd'hui elle ne rit pas beaucoup,
    Elle a peur, elle pleure, comme si son espoir s'était dissout.
    Et puis elle me demande de protéger et de veiller
    Sur le prochain humain qui passera par cette entrée.
    Et elle me fait part de toutes ses peurs,
    Je sais bien qu'il pleut quelques part ailleurs.

    J'ai toujours détesté faire des promesses,
    Probablement la faute à ma paresse.
    Mais cette femme dont je ne connais même pas le nom
    Semble trop intègre pour que je lui dise « non ».
    Alors je promets, j'suis vraiment qu'un amateur.
    Mais bon, il pleut quelque part ailleurs.

    De toute façon, à quoi bon s'obstiner ?
    La surface, pourquoi en rêver ?
    Quand on sait qu'un jour où l'autre,
    Tout va recommencer par sa faute.
    Et je souris pour cacher cette peur,
    Parce qu'il pleut quelque part ailleurs.

    Et si un jour tout devait recommencer,
    Ce jour-là, viendra-t-il pour nous sauver ou nous tuer ?
    Tôt ou tard, il sera tenté, c'est certain.
    Et si je suis le seul qui reste, au matin,
    Je jure d'arrêter à jamais ses ardeurs,
    Il pleut quelque part ailleurs.

    V.

    Ça fait longtemps que je ne cesse de t'observer,
    Ça fait longtemps que par toi, je suis obsédée.
    Souvent, je me répète simplement « vas lui parler ! »
    Mais nous ne venons pas de la même réalité.

    T'es-tu au moins rendu compte que je t'aimais ?
    Peux-tu comprendre que tu fais battre mon cœur telle une damnée ?
    Tu dois savoir que je n'ai jamais vraiment existé.
    Enfin en tous cas, pas dans ta réalité.

    Parce que je ne suis qu'un personnage, pas une fille de ta réalité,
    Parce que je viens d'un jeu vidéo, et pas de ta réalité.
    Parce que je ne suis qu'un dessin sur un écran télévisé,
    Parce que je ne suis que des lignes écrites pour t'aider à avancer.

    Parce que dans ce jeu, je ne suis même pas de celles que tu peux draguer.
    Parce que dans ce jeu, je ne suis même pas de celles que tu peux aimer.
    Parce que je ne suis là que pour te donner des conseils avisés,
    Pour écrire des poèmes, et t'aider à conquérir le cœur de ta dulcinée…

    Mais je n'est pas comme ça que je veux voir le jeu s'achever.
    Je voudrais que tu sois à moi, en toute simplicité.
    Ai-je un sens dans ta réalité ?
    Est-ce que tu jures de m'aimer pour l'éternité ?

    Car même si on ne vient pas de la même réalité,
    Tu es le seul que j'ai jamais aimé, je te le promets.
    Et je jure de continuer à t'aimer de mon côté,
    Enfermée dans ma propre « réalité ».


    votre commentaire
  •       

    [source des icons.]

    Bon, allez, je me lance. En ce moment, je suis un peu passionnée par Doki Doki Literature Club, et lire tous ces poèmes m'a un peu donné envie d'en écrire moi aussi. Alors... C'est la première fois que j'écris des poèmes. J'ai jamais essayé avant, donc y'a aucune originalité, aucune personnalité, les rimes sont en AAAA, en ABAB ou au mieux en ABBA, mais bon. Faut bien se lancer, faut bien commencer, etc, etc. Bon puis euh... J'écris avec mon cœur ? Bref. Si vous aimez pas les poèmes, dégagez vite ! ♡ Au fait, je suis nulle pour trouver des titres donc... J'en ai pas mis. Sorry.

     I.

    Je vois une étoile filante au loin,
    Je la regarde en caressant ses poings.
    Il soupire, prêt à fumer un joint,
    Et je ne fais que le regarder dans ses moindres recoins.

    L'astre disparaît dans le lointain,
    Je reste obnubilée sur son regard incertain.
    Je souris lorsqu'il me prend la main
    Gênée, je me tourne vers le ciel cristallin.

    Les étoiles brilleront jusqu'au matin,
    Et lui me regarde de son regard divin.
    Sait-il au moins qu'il est le seul moyen
    Pour moi d'échapper à ce chagrin ?

    Il allume sa cigarette d'un air serain,
    Réajuste ses lunettes, recoiffe ses cheveux châtains
    Pense-t-il simplement au lendemain ?
    Moi je ne fais que rêver, peut-être en vain.

    Sous les étoiles de ce ciel urbain,
    Je prie pour un bonheur prochain.
    Ce désir est peut-être malsain,
    Mais je veux qu'il soit mon petit copain.

     II.

    L'horloge continue de tourner
    Avec elle se dissipent nos espoirs
    Je ne peux plus rien voir,
    Elle tourne sans s'arrêter.

    L'horloge continue de jouer
    Jouer à détruire nos rêves
    Et sans détente ni trêve
    Elle joue à ce jeu insensé

    L'horloge continue de nous tromper
    Nous demandant de faire un vœu
    Alors qu'elle veut juste jouer un jeu pernicieux ;
    Et elle va continuer de nous tromper.

    L'horloge continue de nous abuser
    À chaque seconde, elle meurtrit notre joie
    Pense-t-elle vraiment être de bonne foi
    Lorsqu'elle prend plaisir à nous abuser ?

    L'horloge continue de tourner--
    Non, ça ne peut plus durer.
    Maintenant, je vais tout arrêter.

    Arrêter cette machine infinie,
    Et je détruirai sans répit
    Les vices de ce jeu perverti

    Je briserai les règles du jeu
    Je traverserai l'eau, la terre et le feu
    Je ne laisserai plus rien nous dominer,
    Maintenant, je vais tout arrêter

    Et je vais tous nous sauver.

     <p>

    ...Voilà. Je pense que je me suis déjà assez enfoncée comme ça, alors je vais pas en rajouter, je vous laisse interpréter ça comme vous voulez. Enfin disons juste que pour le premier, je pensais à Death Note et Doki Doki Literature Club, et pour le deuxième, j'écoutais de la musique de Madoka Magica. Ça se sent peut-être, je sais pas. Enfin c'est vrai que le deuxième transpire un peu la symbolique de Homura mais c'est fait exprès. Me semble-t-il. Ah et les deux ont été écrits en un sublime laps de temps de... Allez, disons 20 minutes. Ça n'excuse rien, mais bon au moins si ça vous semble fait à la va-vite... Eh bah c'est le cas.

    Bon bah j'en écrirai sûrement d'autres.


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique